Lil' Ed & The Imperials
http://www.jazzandblues-leognan.fr/index.cfm?PId=4869
1er Avril 2015 / Comptoir du Jazz, Bordeaux
18 Novembre 2000 / Blues Station, Tournon d'Agenais
(photo © Alain Mallaret )
;-)
[…] With that, Lil’ Ed lets out a hearty laugh, which he does often. He brings that same ebullience to the stage — smiling, joking with the crowd, dancing, high-stepping, knee-dropping. In a word, house-rockin’. And he wears funny hats, fez-style high-risers in an array of bright colors and patterns. “I made the first one myself in the ’80s, rolled up some cardboard and covered it with material,” Lil’ Ed reminisces. “I showed it to my wife and she said, ‘That ain’t no way to make a hat!’ Now she makes ’em with regular old material we might get at Walmart; puts a little foam in it to make sure it don’t sink down.”[…] 
text from
http://fr.calameo.com/read/0000908047fac88edeb5d
Tootsies Orchid Lounge
(© Robert Descombels)
(all links by Éric Duhoux)
---
26 Juin 2013 / Balajo, Paris
 20 Décembre 2014 / Le Chinois, Montreuil
(photos © "Donald")
---
https://es-es.facebook.com/willandthehirollers
---
more about Carl on Roll Call
L'année dernière, le groupe australien Hank's Jalopy Demons (Melbourne) sortait en auto-production son 2ème CD intitulé  "Music on the up beat".
Suite au succès de son premier passage en Europe au festival Rockabilly Rave 2014 , le label Rhythm Bomb Records a négocié une réédition avec une nouvelle pochette de ce CD pour le marché international. Un single est également en préparation.

(Merci à Éric Duhoux)

(Thanks to Francesc Josep (Dj EddieCesc))
 
Sam Butera au N.O. Jazz Fest. de 2003, dans un répertoire Louis Prima bien sûr, où il avait pris quelque liberté avec des paroles qui étaient plutôt salées... Je crois qu'il a cassé sa pipe pas très longtemps après.
(texte et archives © Alain Jacquet)
"La croisière s'amuse ? "
Il y a quelques décennies d'aucuns passionnés de Blues, de Rock and Roll ou de Jazz ricanaient de voir les bateaux de croisières embarquer quelques milliers de personnes dans le but de soirées "Rétro" consacrées au répertoire d'après guerre. La formule marchait bien mais comme les anciens commençaient à battre de l'aile ou carrément faute de goût à clamser il fut décidé par les as du marketing des compagnies d'immeubles flottants de renouveler la tranche d'âge et par la même la clientèle. Ce fut le lancement des tournées Yéyé avec tout ce qui comportait comme artistes "oubliés" des folles années Claude Françoisiennes et Michelle Torrsiennes sans oublier le Richard (en tonneau à présent) célèbre pour avoir entendu dans une époque lointaine siffler un train. Seulement, là aussi, la clientèle arthrosée commençait non seulement à avoir des difficultés pour arquer mais en plus un gros problème de mémorisation des paroles. En prévision de la disparition de cette manne substantielle les organisateurs se remirent à l'ouvrage pour rechercher un nouveau filon. Et bien c'est fait ! A présent ce sera les croisières de Blues. Et oui, vous ne rêvez pas le Blues, le truc où un mec du nom de Robert Johnson vendait à la croisée des chemins son âme au diable. Pour cautionner cela, la revue Soul Bag va jusqu'à publier une pleine page de pub (faut bien vivre) dans son dernier numéro. Bien entendu les musiciens ne sont pas des plus prestigieux mais bon, ça peut faire illusion sur un public plus souvent rattaché à une mode et qui n'a pas dû traîner souvent dans les clubs enfumés de l'époque. Bien triste tout cela, d'autant que dans l'avenir les croisières Rockabilly devraient pas tarder à suivre...
(Pierre Poidevin)
http://fr.calameo.com/read/000090804993352beae4b
(Merci à Jean-Louis Lamaison)


ROCK COLLECTION
La vente revisite l’histoire du rock'n'roll au prisme de la photographie. Elle en retrace l’évolution de ses débuts, au milieu des années 1950, jusqu’aux années 1990.
La sélection se décline au gré de quelque trois cents instantanés de concert, photos de reportage, de studio ou de tournage. Ces tirages de collection constituent un ensemble d’une grande variété dont l’esthétique trouve ses racines dans la contestation – c’est la rock attitude.
Des précurseurs du genre aux rockers d’aujourd’hui, les figures marquantes qui ont fait ou font encore le rock'n'roll sont au rendez-vous. Les différents courants sont également évoqués. Chacun d’eux se caractérise par une approche visuelle qui lui est propre, tant dans le style et le look que dans sa représentation photographique. Le catalogue passe ainsi en revue le spectre des couleurs qui va des tons acidulés des pionniers à ceux plus charbonneux du hard rock.
Les photographes associés à la vente viennent pour la plupart de la presse musicale française. Richard Bellia, Bruno Ducourant, Tony Frank, Claude Gassian, Roger Kasparian, Jean-Pierre Leloir, Youri Lenquette, Renaud Monfourny, Jean-Louis Rancurel, Christian Rose, Dominique Tarlé ou encore Pierre Terrasson ont, à eux tous, couvert l’essentiel de l’histoire du rock international. À cette occasion, ils ont accepté de sortir de leurs archives quelques images emblématiques de leur travail.
La sélection réserve par ailleurs une place de choix au cinéma. Le septième art, comme la photographie, a accompagné le rock dès ses premiers pas et n’a cessé de rythmer son histoire tout en façonnant l’image de ses stars.
Pierre Bourdy
•••
ROCK COLLECTION
This sale revisits the history of rock ’n’ roll through the prism of photography.  It traces its evolution, from its fledgling beginnings, in the 1950s, through the 1990s.
This selection of photographs unfolds via some 300 images — concert snapshots, press and studio photos and film production stills.  These collector’s prints come in a wide variety of styles, yet all have an esthetic deeply rooted in a kind of protest… better known as the “rock attitude.”
Precursors to today’s rockers, some of the most remarkable figures of the genre — many of them still playing rock ’n’ roll — can be found in these images. So can various rock categories.  Each of them characterized by the artists’ own visual interpretations, as much in their style and look, as in their photographic representations.  The catalog is a veritable color wheel, moving from the acid-tinged hues of rock’s pioneers through the smoke and grit of hard rock.
The photographers included in this sale primarily come out of the French music press and, as a group, have covered the very essence of international rock history.  They’ve agreed to pull out a few of the most iconic images from their archives for the occasion.
The selection holds a special place for the cinema, as well.  Like photography, the movies have also accompanied the rock music scene since its earliest days, never ceasing to punctuate its history and shape the images of some of its greatest stars.
Pierre Bourdy
http://rollcallblog.blogspot.fr/search/label/film%20%27Blackboard%20Jungle%27
http://www.dailymotion.com/
(Merci à Joël Bacheley)

---
"Scan de la cover de la réédition du "Graine de Violence" de 1967 (Éd. Presses de la Cité) et, dénichée sur un eBay anglo saxon, l'image de l'édition originale française brochée chez France Empire"
(archives Gilles vignal)
---
Printers Alley, Nashville
 … un lieu touristique où l’on trouve nombre de clubs et restaurants.
(photos © Jean-Yves Cadiou)
 Nashville, terre promise ou maudite des musiciens
(Merci à Marsel Bossard et Alain Fournier)
http://www.wsflukeholland.com/mibvideo.html?utm_source=WS+Holland&utm_campaign=a8709ad448-JC_DVD_13_11_2015&utm_medium=email&utm_term=0_a452cf3f40-a8709ad448-7788909
"Mon père et l'homme en noir" réalisé par le fils de Saul Holiff, manager de Johnny Cash, a retrouvé des documents. "Fluke" l'a vu en avant-première et dédicacé.
(Merci à Joël Bacheley)
Article d'un journal dans les 90's parlant de Conway Twitty
(archives © Francesc Josep (Dj EddieCesc)
Un nouveau né dont l'arrivée mérite d'être signalée ...
 
Ce premier numéro gratuit contient un article sur Ricky Nelson, trois pages consacrées à la rencontre de Tib avec Pat Cupp à Texarkana le 28 octobre 2014, des interviews de Batman et Blue Cap, deux de nos dee-jays les plus actifs ainsi que différentes photos de récents concerts et concentrations Kustom. À ce prix là, il serait dommage de ne pas profiter du travail fait par Rockin' Ricco et Tib. Si vous êtes un "good rocker" et que vous n'êtes pas allergique au papier imprimé, vous pouvez vous procurer le magazine auprès de Lenox Records, Rocket Records, Born Bad Retro Clothing, Mamie Blue, T-Bird et Alex' Haircuts Barber Shop ou contacter "Rockin' Ball Magazine" en cliquant ici.

Merci à "Imperial"
pour cette information.
A young Johnny Cash in Paris !

(photos N&B trouvées sur le web par Gilles Vignal)

 ---
On June 23, 2013,
here's Billy Harlan and his wife Ann in front of the very same place of Notre Dame !
(texte et archive © "Imperial")
A legend… Bernie Early
http://famouslastwordsrecords.com/interviews/the-comeback-kid/
(Merci à Joël Bacheley)
more infos here
Gorgeous George Odell backed by Jimi Hendrix
1964
X, web source)

Eric Duhoux nous a écrit avoir "du mal a reconnaître le petit Penniman" sur cette photo postée sur Roll Call en Août 2010. Et il a raison ! Après quelques recherches sur le web, une conclusion s'impose : il s'agit très vraisemblablement du dénommé Gorgeous George Odell.​
1ère piste : http://littlerichard.ga/forum/index.php?t=msg&goto=4578&.

Seconde piste : ​http://www.soul-patrol.com/funk/jh_chitlin.htm ​comportant cet important passage : "By November/December of 1964 after touring countless cities with The Isley Brothers they had a falling out and Jimi decided to move on. Fortunately he met up with Gorgeous George Odell who was on the same tour with Sam Cooke, Jackie Wilson, and BB King. Wouldn't you just love to be a fly on the wall during that tour? Moving from state to state with all your belongings in a big bus throughout the South, with the greats of R&B and Blues. Don't get me started about the after hours jams! The mind reels​!"​ 
More about Gorgeous George Odell, here.

© retrokimmer.com
Wilson Pickett backed by Jimi Hendrix in 1966
In the mid-1970s Johnny Cash bought the house from his friend, American businessman John Rollins. Johnny Cash and June Carter Cash were part-time Jamaica residents for more than four decades. Intrigued by the legend of “White Witch of Rose Hall,” Johnny Cash wrote the “Ballad of Annie Palmer.”… The rest of the story here
Décès de Jacky Ruet
Il fut l'un des premiers à vendre des disques de Rock'n'Roll par correspondance, avant de participer à de nombreuses foires aux disques. Autour de 1970, il avait lancé "Open Music" á Dijon et en 1974, Michel Thonney lui avait cédé la concession exclusive de Collector Records pour la France.
Résidant en banlieue lyonnaise depuis vingt ans, il avait continué et modernisé ses activités à travers un site internet.
En disparaissant prématurément à l'âge de cinquante-neuf ans des suites d'un cancer qu'il combattait depuis trois années, Dijon, sa ville natale, le verra inhumé ce 10 Juin 2009. Il laisse trois enfants.

Merci à Charlie Barbat et Marcel Rapp

9 Juin 2009 
----
(copié /collé de courriel reçu ce jour Mercredi 25 Février 2015)

Bonjour,

je suis tombé par hasard sur : http://rollcallblog.blogspot.fr/2009/06/nous-apprenons-le-deces-de-jacky-ruet.html
D'après ce que je sais il a combattu la maladie de septembre 2008 jusqu'à Juin 2009 (et pas durant 3 ans ou mes parents l'ont bien caché).
Il laisse non pas 3 mais 4 enfants (dont deux vivants à l'époque encore avec lui, dont moi).

Merci d'avance pour les modifications.

Cordialement,
--
Franck Ruet
http://fr.calameo.com/read/0000908046af842ac35ba
(Merci à Alain Fournier)
Pour commencer, une petite citation de Laurent Chalumeau qui vaut son pesant de cacahuètes …
« Otis Redding : c’est Édith Piaf avec des couilles… »
Difficile de faire le malin après la citation de Chalumeau, synthèse absolue, cinglante justesse, simplement dit, sacrément bien vu…
Difficile également de passer après Otis Redding, pas un seul gros malin pour oser le faire…
Sauf peut-être Sam & Dave, mais c’était pas du jeu, ils étaient deux.
Massif, costaud, baraqué, robuste, endurant, colosse, géant, la puissance d’un bon gros truck, voix de Saxo Baryton, loin des mezzo-soprano,tous aux abris !  Balèze vraiment très, très, très balèze, des fois deux micros dans la main, costard ou pas, sueur, surtout la sueur, interpréter la chanson, habiter la chanson, habité par la chanson… Transe, transes à chaque fois…
Poils qui se dressent sur les bras pour toujours…
Pas possible de faire mieux que lui, chanson enterrée définitivement avec lui…
Dur de passer après lui, très dur… Impossible…
Sauf si on le fait avec humour…
Et c’est ce que les Jelly Roll on fait en 1969…
Seul le détournement résiste, une parodie en forme d’hommage, petite solution qui nous tire quelques sourires...
Çà aide à faire passer l’amère pilule de la disparition d’Otis Redding, trop vite, trop tôt…

Bonne écoute à toutes et à tous
Bises
François

Les Jelly Roll
« Je travaille à la caisse »
1968
Auteurs compositeurs : Connelly - Woods - Campbell - R Dewitte
Label : Polydor

Otis Redding« Try a little tenderness »
Monterey Pop Festival 1967

(© Francois Jouin)

"De Christophe Colomb à Barack Obama : une chronologie des musiques afro-américaines t1, 1492-1919" de Jean-Paul Levet avec la participation de Daniel Léon, une préface de William Ferris du Center for the Study of the American South université de Caroline du Nord at Chapel Hill est disponible (format numérique) sur Amazon.

Cet ouvrage a nécessité une dizaine d'années de recherches : il couvre plus de cinq siècles de l'histoire des Afro-Américains et de leurs musiques, du gospel au rap, via le blues, le R&B, la soul ou le funk. Le premier tome, qui couvre la période 1492 à 1919, est disponible en ligne depuis décembre 2014.

Cette chronologie embrasse un vaste ensemble de musiques afro-américaines, spirituals, gospel, blues, rhythm and blues (R&B), soul, funk rap... ainsi que les courants qui en sont à l’origine.
La musique afro-américaine y est replacée dans son contexte politico-économico-sociologique aussi bien que technologique tant elle ne peut être détachée des techniques d'enregistrement et de diffusion du son.

C'est le troisième ouvrage de Jean-Paul Levet. Son premier ouvrage, un dictionnaire anthologique du langage des musiciens noirs-américains "Talkin' That Talk", est le fruit de ses deux passions (amateur de mots, et de "manieurs" de mots, Jean-Paul Levet s'intéresse depuis de nombreuses années aux musiques et à la culture afro-américaines). Réédité quatre fois, il a reçu le Grand Prix de l'Académie du Jazz en 1993.

Son second, "Rire pour ne pas pleurer / Laughin' just to keep from cryin' "est ce qu'il est convenu d'appeler un "beau livre", bilingue, qui associe, confronte, photos (dues aux plus grands photographes américains, de Walker Evans à Dorothy Lange et Gordon Parks...) et textes de blues ; l'académie Charles Cros lui a décerné un "Coup de Coeur" en 2003.

http://www.magnumphotos.com/
Dyess, Arkansas. 2002. Johnny Cash's boyhood home. 
Une des innombrables photos de l'agence Magnum Photos qui "se distingue par un fonctionnement original de coopérative détenue exclusivement par ses photographes". Créée en 1947 par Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, George Rodger, William Vandivert et David Seymour, elle fut la première de ce genre à voir le jour.

Jerry Lee Lewis, Johnny Cash, Elvis Presley, Cliff Richard, Muddy Waters, etc, sont quelques uns des liens relatifs à la musique, une infime partie du "million de documents" et de la très grande diversité des sujets couverts.
(Merci à Fernand Zinck)
https://www.youtube.com/watch?v=fHiAdVXkKHs
À regarder sans modération…
(Merci à Pierre Poidevin)
https://www.youtube.com/watch?v=reJH6XSbL7U#t=553
"He loved Paris…"
(Merci à Fernand Zinck pour la vidéo ci-dessus)

---
more and more